Bordeaux: Ze-coloc, l’application qui sauve votre colocation (argent, tâches ménagères…)

Elle aide des milliers de colocataires chaque jour.
Un onglet « tâches ménagères » est à l’étude.
Son nom va changer pour toucher un public plus large.

C’est une application qui sauve encore chaque semaine plusieurs colocations de l’implosion. Depuis dix ans, Ze-coloc aide quotidiennement 30 à 40.000 colocataires à vivre en parfaite harmonie en gérant leurs dépenses.

« On avait un tableau avec une craie pour savoir qui doit quoi à qui ? Aucun moyen de vérifier. Aucun historique. C’était long et chiant », ça, c’était la coloc « galère » vécue par Alexis, il y a quelques années. Et puis, un jour, ce Bordelais de 35 ans, a découvert l’application de Grégoire Compagnon et son associé Piwel. Il s’en souvient comme si c’était hier : « À partir de là, tout est devenu plus facile dans notre vie à sept. »

À l’époque, Ze-coloc n’est encore qu’un simple site internet. Mais, il connaît déjà un vrai succès. Depuis trois ans, l’application bordelaise a aussi fait son apparition au plus grand bonheur des utilisateurs. « Ils peuvent mettre leurs comptes à jour direct en sortant du supermarché, par exemple. Chacun peut recevoir des notifications sur son téléphone », précise Grégoire Compagnon. Les colocataires peuvent aussi pré-enregistrer des dépenses (loyer, gaz, électricité…).

Tout ce que n’avait pas Alexis avant, il l’a maintenant : « Ça calcule. Il y a l’historique de tout ce qu’il se passe. On peut choisir qui participe à telle dépense. » Les dernières versions permettent même de télécharger des documents comme les tickets de caisses. Impossible donc de rouler son (ou ses) colocataires.

Aujourd’hui, Ze-coloc utilisée en Belgique ou encore au Canada notamment par les étudiants Erasmus, continue de se développer. Grégoire Compagnon travaille sur la création d’un onglet « tâches ménagères. » « Ce serait le même système que pour gérer l’argent mais là, l’idée c’est plutôt : qui a fait quoi ? Moi, j’ai un coloc qui déteste faire les toilettes et adore la vaisselle, par exemple. À plusieurs, ça peut devenir très efficace pour s’organiser. » Et le but serait aussi de distribuer des bons points aux colocataires modèles.

Un changement de nom au programme
L’autre amélioration souhaitée par les deux inventeurs bordelais, c’est de toucher un public plus large à l’image d’Alexis : « Je ne suis plus en coloc mais en couple maintenant et j’utilise toujours l’application en tant que compte commun avec ma copine. » Ce n’est pas une question de confiance bien sûr pour lui, mais de simplifier les dépenses.

Grégoire Compagnon et Piwel vont donc changer le nom de leur application dans les prochains mois car « elle est trop identifiée colocation. On veut aussi toucher les groupes d’amis ou les couples. » En attendant, plus de 140.000 personnes ont déjà utilisé Ze-coloc en l’espace de dix ans. Et, il pourrait y en avoir bien d’autres car comme l’on dit souvent : les bons comptes font les bons amis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *