Texas : double explosion dans une usine chimique du groupe français Arkema

Deux explosions ont eu lieu, jeudi, dans l’usine chimique d’Arkema au Texas. Le groupe français a fait savoir que de nouvelles explosions pourraient se produire, alors que le Texas est frappé par des inondations sans précédent.

Deux explosions et des fumées noires ont été signalées, jeudi 31 août, dans une usine chimique du groupe français Arkema au Texas, dévasté par la tempête Harvey, laquelle a fait au moins 33 morts depuis qu’elle a commencé à déverser des pluies diluviennes sur la région.

« Les autorités américaines nous ont informé à 9heures ce matin que deux explosions avaient eu lieu sur notre site de Crosby, au Texas » a déclaré un porte-parole de la société chimique Arkema, contacté par France 24.

Le site de Crosby, à quelques kilomètres au nord-est de Houston, produit du peroxyde organique, un composé chimique très utilisé par l’industrie du plastique.

Selon le communiqué du groupe, les inondations, d’une ampleur sans précédent, ont entraîné des coupures de courant qui ont elle-mêmes mis hors service le système de refroidissement des produits stockés sur place. Deux mètres d’eau se sont infiltrés dans l’usine.

Arkema précise également qu’il existe un risque de nouvelles explosions et appelle les riverains à ne pas revenir dans la zone d’évacuation qui avait été précédemment établie par les autorités dans un rayon de 2,5 km alentour.

Risque d’irritations pour les yeux, la peau et les poumons

À la suite de cette évacuation, les éventuelles fuites de peroxyde ne devraient pas présenter de danger particulier pour l’homme, selon le porte-parole d’Arkema. Ce composé s’enflamme à la surface de l’eau et dégage des fumées noires contenant du CO2.

Auparavant, le groupe avait cependant averti que les fumées provoquées par un éventuel incendie pourraient être irritantes pour les yeux, la peau et les poumons.

Un shérif adjoint a été conduit à l’hôpital après avoir inhalé des émanations chimiques et neuf autres personnes se sont rendues à l’hôpital par précaution, a fait savoir la police locale via Twitter.

Le groupe français avait envisagé le risque d’une explosion, au vu des inondations. « Le peroxyde organique doit être conservé à des températures froides, et comme l’usine est à l’arrêt, le produit n’est plus réfrigéré, ce qui entraîne sa dégradation et augmente le risque d’explosion et d’incendie », explique le porte-parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *